Mon panier Article(s) : 0 Total partiel : 0,00 $
Accueil    La coopérative    Projets concrets

Projets concrets

Sacs réutilisables

Concernée par la problématique qui entoure l’utilisation des sacs de plastique, la coopérative a pris l’initiative d’éliminer la distribution de ce type de sac en janvier 2009. Cette décision fut prise pour donner suite aux faits observés dans les succursales de la coopérative : d’année en année, moins de sacs étaient utilisés par les clients lors de leurs achats; la clientèle a répondu positivement à l’abolition de la distribution systématique de sacs de plastique.

Afin de faciliter la mise en place de ce projet, dès septembre 2008 des sacs réutilisables étaient offert comme alternative à la clientèle de la coopérative. Ces sacs, fabriqués au Québec, sont vendus à un coût de 99¢ dans toutes les succursales. De plus, pour toute transaction effectuée sans sac de plastique, le client bénéficie d’un crédit de 0,05¢. Un montant équivalent est investi dans un fonds de développement durable, lequel sert à financer les différents projets environnementaux de la coopérative.

Outre ces alternatives, au mois de janvier, alors que l’abolition des sacs de plastique a été définitive, la coopérative a vendu ses sacs réutilisables à 0.50¢.

Un projet réussi!


La clientèle a répondu positivement à ce changement. Les sacs réutilisables ont même été très populaires. À un point tel que les 10 000 sacs réutilisables achetés en août en prévision de l’année à venir avaient fondus dès le mois de décembre.

-   Les impacts environnementaux

En abolissant la distribution des sacs de plastique, nous évitons d’enfouir une matière difficilement décomposable et polluante dans nos dépotoirs. De plus, nous protégeons les animaux et évitons de polluer notre paysage, car les sacs, facilement dispersés, se retrouvent dans les rues, les cours d’eau et les égouts. Enfin, une grande quantité de pétrole, une composante du plastique et une ressource non-renouvelable, est économisée.

Avec ce projet, c’est plus de 70 000 sacs qui ne sont plus distribués annuellement*.

* En quelques années seulement, le nombre de sacs de plastique distribué est passé de 350 000 à 70 000 la dernière année.

 


Le papier

Depuis 2007, la coopérative consomme uniquement du papier 100 % post-         consommation fabriqué au Québec.  Soucieuse d’en faire plus, la coopérative s’est     donné comme objectif pour l’année 2008-2009 de réduire la consommation de papier de ses employés de 5 %.

Depuis cette décision :

  • Les talons de paie sont maintenant envoyés électroniquement
  • Les télécopies ne sont plus imprimées, mais envoyées dans la boîte courriel de chacun des employés
  • Une politique de remplacement des imprimantes désuètes au profit d’imprimantes recto-verso a été adoptée
  • Le nombre de circulaires imprimées a été réduit
  • Les employés des différents secteurs ont été rencontrés afin de les conscientiser à la problématique, d’évaluer leurs habitudes de consommations de papier et de comptabiliser les solutions envisagées par chacun d’eux dans le cadre de leur travail respectif.

 

Prochainement :

À la suite de la rencontre auprès des employés, l’impression PDF sera installée sur l’ensemble des postes informatiques et le logiciel de gestion utilisé sera modifié.

 

-   Les impacts environnementaux

 

La consommation de papier entre le mois de septembre 2008 et le mois d’avril 2009 a diminué de 18 % comparativement à cette période l’an dernier (2007-2008). Cette diminution signifie globalement que 91 000 feuilles ont été économisées en 7 mois. En contrepartie, c’est un peu plus de 7 arbres qui ont été sauvés.

 

 

Récupération des piles

Avec son programme « Coopérons pour un monde durable », Zone souhaite aider la communauté universitaire à se départir adéquatement des piles domestiques qu’elle utilise dans le cadre de ses activités personnelles (et non dans le cadre de son travail). Dans cette optique, des collecteurs de piles ont été disposés dans 6 succursales de la coopérative. Celles-ci sont situées au pavillon Adrien-Pouliot, Charles De-Koninck, la Fabrique, Ferdinand-Vandry, Maurice-Pollack et Palasis-Prince.

Les piles amassées par la coopérative sont envoyées chez l’entreprise Peinture récupérée à Victoriaville. Cette compagnie de récupération effectue le tri des piles et les redirige vers la compagnie AFe Valdi qui procède à un traitement pyrométallurgique. Ce processus permet la valorisation de plus de 80 % de la matière.

Grâce à ce programme,  350 kilos de piles ont été récupérés jusqu’à maintenant!

-     Les impacts environnementaux

Recycler adéquatement les piles évite l’accumulation de métaux lourds tels que le plomb, le cadmium, le nickel et le lithium dans les sols et les nappes phréatiques. La flore, la faune et les humains en bénéficient puisque ces produits se retrouvent inévitablement dans nos écosystèmes alors qu’ils sont néfastes pour le bien-être de tous.

Rappelons que l’achat de piles rechargeables est préférable. En effet, une étude réalisée en 2007 démontre que pour une même quantité d’énergie produite, les piles rechargeables ont jusqu’à 32 fois moins d’impact que les piles jetables sur l’environnement

 

Impact environnemental des piles rechargeables /// , Collectif carbone,  [page consultée le 11 mai 2009]

 


La compensation des émissions de carbone

Zone compense les émissions carbone de ses employés pour l’année

 

Dans le cadre de la Semaine de l’environnement, Zone Coopérative de l’Université Laval fait sa part en compensant les émissions de carbone produites annuellement par ses employés lors de leur trajet entre la maison et le travail. Le nombre d’arbres requis pour capturer la quantité de carbone rejetée dans l’environnement par les employés de la coopérative sera mis en terre par la coopérative Chirrepec au Guatemala.

 

Déjà, Zone a éliminé ces émissions de GES pour le transport de la marchandise entre ces huit succursales en faisant l’acquisition d’un véhicule électrique. Afin de faire un peu plus pour la protection de l’environnement, la coopérative a pris l’initiative de compenser celles de ces employés pour l’année. Cette résolution tombe à point puisque la semaine de l’environnement sert à souligner les initiatives dans la lutte contre les changements climatiques et la réduction de la pollution atmosphérique.

 

Après calcul, il a été estimé que les employés de la coopérative émettent annuellement 85 tonnes de Co2. Pour capturer cette quantité de carbone, 510  arbres seront plantés au Guatemala.

 

Le choix de Zone de participer au reboisement au Guatemala fait suite à une autre initiative actuellement en cours dans ce pays. Nous œuvrons au développement d’une coopérative de produits équitables en partenariat avec Socodevi.

 

Les produits responsables

La consommation responsable est considérée par Zone comme un élément majeur de son implication envers le développement durable. Pour cette raison, la coopérative s’est donnée comme objectif d’augmenter le nombre de produits responsables vendus dans la section papeterie. Selon les opportunités offertes sur le marché, cette gamme de produits sera en constante augmentation.


Par ailleurs, en partenariat avec SOCODEVI, nous œuvrons actuellement à la création d’une coopérative au Guatemala qui fabriquera des produits équitables. Deux étudiantes de l’Université Laval ont rejoint la chargée de projet de SOCODEVI au cours du mois de mai afin de participer à l’évolution de ce projet. Vous trouverez donc bientôt dans nos succursales le fruit de cette coopération nord-sud.


-  Les impacts environnementaux


En augmentant le nombre de produits responsables en magasin, nous participons à la valorisation des matières recyclées et biologiques. Par conséquent, nous contribuons à maintenir nos forêts en santé et à encourager une agriculture saine.


-  Les impacts sociaux


D’un tout autre côté, nous participons au développement durable des pays du sud en favorisant la prise en charge de ces milieux par eux-mêmes. La mise sur pied d’une coopérative fabriquant des produits équitables aide le milieu puisqu’il bénéficie de meilleures conditions de travail en plus de produire des produits écologiques.

 

Les ordinateurs

Dans le même ordre d’idée que la récupération des piles domestiques, Zone souhaite aider la communauté universitaire à se départir du matériel informatique dont elle dispose. Pour se faire, une campagne de récupération sera orchestrée dès l’automne 2009. De plus amples informations seront disponibles sous peu.

-  Les impacts environnementaux

D’abord revalorisé via le programme «Ordinateurs pour les écoles du Québec (OPEQ), les ordinateurs hors d’usage ou trop vieux sont démantelés pour être recyclés au CFER de Bellechasse. Ce processus de récupération permet d’éviter que des substances dangereuses, comme le plomb, le cadmium, le nickel ou le mercure se retrouvent dans la nature. De plus, il redonne une deuxième vie à ces métaux puisqu’ils sont solidifiés et revendus.

-  Les impacts sociaux

Par ailleurs, en appuyant le CFER, Zone fait bien plus qu’un geste pour l’environnement, il favorise l’intégration professionnelle et sociale des jeunes en difficulté qui font partie de cette école-entreprise.