Mon panier Article(s) : 0 Total partiel : 0,00 $
Accueil    Librairie    Littérature    Littérature du 20e et 21e

Chasseur au harpon : un long récit de Markoosie

Quantity
Quantités disponibles en succursale
Cliquez sur les flèches vertes à droite pour mettre à jour les quantités.
Refresh
Maurice-Pollack
1
Collège Mérici
-
Vandry
-
Centre-Ville
-
Livres usagés
-
-
Palasis
-
Limoilou
-
Charlesbourg
-
-
Auteur :
Patsauq, Markoosie
Année :
2021
Editeur :
BOREAL
ISBN10 :
2764626568
ISBN13 :
9782764626566
Code de produit :
A61947
Évaluation :
Prix Membre
Prix Régulier
19,95 $

Description

« Les ours mettent souvent les hommes en échec, même quand ils sont traqués. La chasse à l’ours est la plus exigeante de toutes. Parfois, si un ours est arrêté par les chiens, il peut les tuer. Parfois aussi, il peut tuer un homme. Les ours blancs sont terribles. On les chasse malgré tout, car il n’y a pas le choix. Ils donnent de la nourriture et des vêtements. »

 

En pleine tempête de neige, un ours polaire attaque un campement inuit et éviscère de nombreux chiens. Convaincus que l’animal est malade et qu’il s’en prendra de nouveau aux leurs, des chasseurs se lancent à sa poursuite au péril de leur vie. Parmi eux, le jeune Kamik, qui rêve de manier le harpon avec la même aisance que son père, découvrira rapidement les dangers d’une existence que l’environnement arctique ne cesse de menacer.

 

Paru il y a cinquante ans, Chasseur au harpon est considéré comme le premier roman en inuktitut jamais publié. Dans ce livre qui a grandement contribué à l’essor de la littérature autochtone au Canada, Markoosie Patsauq plonge dans la réalité d’une communauté encore préservée de l’intrusion de la modernité où la coopération et la vigilance sont les seuls gages de survie. Surtout, à travers la traque symbolique d’un ours et le dur apprentissage d’un jeune garçon, il met en scène le combat immémorial que ces hommes et ces femmes doivent livrer pour survivre.

 

Pour la toute première fois, cette édition propose une traduction en français établie à partir du texte original en inuktitut, et non à partir de son adaptation en anglais. Accompagnée d’un avant-propos inédit de Patsauq, d’une préface de Mary Simon, présidente du Conseil circumpolaire inuit, et d’une postface des traducteurs, elle offre une lecture nouvelle et une remise en contexte bienvenue de ce roman fondateur.